Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine ont annoncé jeudi un cessez-le-feu qui doit mettre fin à des semaines de violences dans la région syrienne d’Idlib et éloigne le risque d’une montée des tensions entre Moscou et Ankara.

Après plus de six heures de négociations entre les murs du Kremlin, le président turc Erdogan a annoncé au cours d’une conférence de presse commune avec M. Poutine ce cessez-le-feu qui commencera vendredi à 00H00 heure locale (jeudi, 22H00 GMT), ajoutant qu’il oeuvrerait avec son homologue russe à le rendre “durable”.

Selon le texte de l’accord, leurs deux pays organiseront à partir du 15 mars des patrouilles communes sur une large portion de l’autoroute M4, un axe crucial pour le régime traversant la région syrienne d’Idlib. Ce sera la première fois que Russes et Turcs patrouillent ensemble dans cette zone.

Moscou et Ankara ont aussi prévu de mettre en place un “couloir de sécurité” de six kilomètres de profondeur de part et d’autre de cette autoroute, soit une zone tampon de 12 kilomètres de large au total. Les paramètres définissant cette zone seront définis sous sept jours, selon le texte.

L’accord doit mettre un terme à des semaines d’intenses combats autour d’Idlib, l’ultime bastion des rebelles et des jihadistes dans le nord-ouest de la Syrie où la Turquie est intervenue contre les forces du régime de Bachar al-Assad, soutenues par la Russie.

Ces violences ont provoqué une catastrophe humanitaire, avec près d’un million de personnes déplacées vers la frontière turque, et de lourdes pertes pour la Turquie, dont plusieurs dizaines de soldats ont été tués.

Bouton retour en haut de la page
Fermer