Trois partis roumains de centre-droit et pro-européens ont scellé lundi un accord pour la formation d’un gouvernement qui sera dirigé par l’économiste Florin Citu.

“Nous souhaitons donner rapidement à la Roumanie un gouvernement qui mène des réformes destinées à moderniser le pays”, a déclaré lors d’une cérémonie Ludovic Orban, le chef de file des libéraux (PNL, au pouvoir), qui formeront une coalition avec deux autres partis.

Les responsables de ces formations ont également annoncé qu’ils proposeraient l’actuel ministre des Finances Florin Citu au poste de Premier ministre.

Le président roumain Klaus Iohannis qui privilégie un exécutif formé autour d’une coalition de centre droit, devrait entériner rapidement cette nomination.

Il a aussitôt convoqué les partis politiques à des consultations mardi après-midi et devrait désigner officiellement dans la foulée M. Citu comme Premier ministre, afin que ce dernier demande un vote de confiance au parlement avant la fin de l’année.

Les libéraux pro-européens sont arrivés en deuxième position lors des législatives organisées le 6 décembre avec 25% des voix, derrière les sociaux-démocrates (30%).

Le Premier ministre sortant, Ludovic Orban, avait présenté sa démission dans la foulée du scrutin, prenant acte de l’échec de son parti qui était pourtant donné gagnant par les sondages pré-électoraux pour ces législatives, marquées par un taux record d’abstention (68%).

Privés d’alliés, les sociaux-démocrates (PSD, opposition) ont dû laisser la main aux partis de centre droit pour former le gouvernement.

Les libéraux et leurs alliés, l’USR-Plus et le parti de la minorité magyare UDMR, disposent ensemble de 244 sièges sur un total de 465 dans les deux chambres du parlement. Ils pourront également compter sur le soutien des 18 élus des minorités (autres que la minorité magyare).

Bouton retour en haut de la page
Fermer