Près de 88% des sociétés faisant appel public à l’épargne au Maroc ont décrit leur stratégie en matière de responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) en 2019, mais seul un tiers a publié une matrice matérialité, selon la 1ere édition du baromètre des rapports ESG, publiée par l’Institut marocain des Administrateurs (IMA)

Les résultats de cette enquête, réalisée auprès d’un panel de 78 émetteurs faisant appel public à l’épargne et qui repose exclusivement sur l’information publique disponible dans les rapports financiers publiés à la date du 30 juin 2020, portant sur l’exercice 2019, font également ressortir que les deux tiers des entreprises ont une direction RSE ou un comité exécutif transversal en charge des questions RSE.

Il en ressort aussi que 4 sociétés sur 78 ont mis en place un comité RSE émanant du conseil d’administration, et que huit sociétés du panel sur 78 ont communiqué sur des critères environnementaux ou sociaux “indigènes” qui leur sont propres.

De même, le baromètre fait savoir que 49% des sociétés ont au moins un administrateur indépendant et près des deux tiers ont au moins une femme administrateur au sein de leur conseil et que les informations les moins disponibles en termes de politique de gestion des ressources humaines sont celles relatives à la diversité, en particulier le handicap avec seulement un tiers des entreprises décrivant leur politique en la matière.

Réalisé en partenariat avec Utopies et avec le soutien de l’IFC, l’objectif de ce baromètre, selon l’IMA, n’est pas d’être prescriptif ni de prendre position sur des “bonnes pratiques” mais de dresser un état des lieux des pratiques de diffusion de l’information extra-financière (y compris celle qui n’est pas exigée par le régulateur) et d’appréhender leur degré d’appropriation par les entreprises.

Bouton retour en haut de la page
Fermer