Le journal japonais “The Japan Times”, a mis la lumière, dans son édition de jeudi, sur le progrès et le remarquable développement réalisés par le Maroc sur toute l’étendue de son territoire.

Le journal à grand tirage a consacré un dossier spécial sur le Maroc illustré d’images et de graphiques avec un témoignage de l’ambassadeur du Japon au Maroc, M. Takuji Hanatani, qui a souligné le boom économique réalisé par le Royaume dans des secteurs à forte valeur ajoutée tels que l’industrie automobile et aéronautique, l’industrie des phosphates, le textile, l’industrie pharmaceutique, tout en évoquant les efforts déployés pour attirer et accompagner les investissements par le biais de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE).

La publication anglophone a également souligné les opportunités d’investissement offertes par les autorités marocaines aux investisseurs dans toutes les régions du Royaume, notamment dans les provinces du Sud, mettant en avant le développement réalisé dans ces provinces dans divers domaines.

La stabilité politique dont bénéficie le Maroc, le développement de ses infrastructures, les importants plans sectoriels et le recours à l’innovation et à la technologie sont autant de facteurs qui ont fait du Royaume une puissance économique régionale, a relevé la publication, qui a également mis en avant le rôle de premier plan du Maroc en Afrique à travers des investissements et sa forte dynamique qui en font une “porte de l’Afrique” permettant aux entreprises d’accéder à un vaste marché de 1,5 milliard de consommateurs.

A cet égard, le journal souligne que le Maroc est le premier pays en termes d’attractivité des investissements directs étrangers, le premier pays africain en termes de qualité des infrastructures et le premier centre financier du continent, selon “Global Financial Centers”, ajoutant qu’il est également le deuxième pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient en termes de climat des affaires en 2019 et s’est classé également au 17ème rang mondial pour la connectivité maritime, selon la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement en 2018.

Citant le vice-directeur général de l’AMDIE, Hicham Boudraa, le quotidien rapporte que la proximité géographique du Royaume avec l’Europe et l’Afrique lui a permis de devenir la meilleure destination d’investissement dans la région, mettant l’accent sur les avantages offerts aux partenaires japonais pour investir dans le Royaume.

Après avoir mis en exergue la dynamique des relations maroco-japonaises dans plusieurs domaines, M. Boudraa a fait savoir que l’AMDIE œuvre de concert avec l’Agence japonaise de la coopération internationale (JICA) pour promouvoir des domaines de coopération dans plusieurs secteurs économiques clés, évoquant les opportunités d’investissement offertes aux entreprises japonaises, notamment dans des domaines prometteurs tels que l’énergie et les infrastructures.

Par ailleurs, “The Japan Times” a passé en revue les missions et rôles d’autres institutions et organismes financiers marocains, tels que Casablanca Finance City (CFC) et ses efforts pour accompagner et stimuler les investissements dans le continent africain.

La publication a également cité l’ambassadeur du Japon au Maroc, M. Takuji Hanatani qui a affirmé que le Maroc est l’un des partenaires les plus importants du Japon en Afrique depuis 1956, soulignant que les relations économiques et commerciales entre les deux pays ont connu un développement remarquable ces dernières années.

Il a aussi fait remarquer que, depuis 2004, le nombre d’entreprises japonaises opérant au Royaume a doublé pour atteindre 70 entités.

Le dossier spécial consacré au Maroc par le journal intervient dans le contexte de sa participation à la 7ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 7), un évènement qui connait la participation de hauts responsables japonais, des chefs d’État et de gouvernements, des ministres africains, des responsables et représentants d’organisations internationales et régionales, ainsi que de nombreux hommes d’affaires.

Le Maroc est représenté à cette conférence (28-30 août) par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita, qui conduit une délégation comprenant notamment le ministre délégué chargé de la Coopération africaine, M. Mohcine Jazouli, l’ambassadeur du Maroc au Japon, M. Rachad Bouhlal, l’ambassadeur-directeur des Affaires asiatiques et de l’Océanie au MAECI, M. Abdelkader El Ansari, et l’ambassadeur-directeur général de l’Agence marocaine de Coopération Internationale, M. Mohamed Methqal.

Lancé par le Japon en 1993, le sommet de la TICAD est une conférence internationale sur le développement de l’Afrique qui est organisée à l’initiative du gouvernement japonais, conjointement avec les Nations unies, le Programme des Nations unies pour le développement, la Commission de l’Union africaine et la Banque mondiale.

Bouton retour en haut de la page
Fermer