Adapter le tissu industriel pour fabriquer de nouveaux produits devenus vitaux en temps de crise est le défi relevé avec succès par l’industrie marocaine en 2020.

Des usines ont été réorientées vers la production de masques de protection, de gel hydro-alcoolique ou encore d’équipements médicaux incluant combinaisons, casaques, charlottes, sur-chaussures en un court laps de temps.

Grâce à une mobilisation locale exceptionnelle de ses capacités industrielles, le Maroc a pu pleinement satisfaire la demande locale pour exporter son surplus de production vers l’étranger dans un second temps.

Un pari réussi puisqu’un total de 18,5 millions d’unités de masques de protection ont été exportées par 69 entreprises vers 11 pays répartis sur les quatre continents durant la période allant du 21 mai au 08 juin.

D’après le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’économie verte et numérique, l’exportation de ces masques a concerné plusieurs pays comme la France avec une part de 33,6%, le Portugal (28,5%) et l’Espagne (14,6%). C’est dire que le Royaume est sur la bonne voie pour renforcer davantage sa position de leader mondial dans divers domaines, notamment en termes d’équipements médicaux.

L’industrie du textile a pu reprendre un rythme accéléré, à travers sa réorientation rapide et volontariste vers la production massive des masques de protection.

L’innovation n’est pas en reste, puisque le Maroc a réussi à produire son propre respirateur artificiel en combinant les forces des industriels de l’aéronautique et les scientifiques de ses universités.

Ainsi, la production de respirateurs artificiels de conception marocaine a été lancée mobilisant médecins, chercheurs et industriels implantés dans une zone franche dédiée à l’aéronautique près de Casablanca.

L’usine spécialisée dans les métiers de l’aéronautique a été vite reconfigurée afin d’adapter ses process à la fabrication des respirateurs, dans les normes aéronautiques de hauts standards.

Autre record: Une usine marocaine de production d’éthanol a été reconstruite en une semaine. L’entreprise a pu assurer au Maroc l’autosuffisance en matière d’éthanol, un produit essentiel pour la fabrication de désinfectants. Ainsi, plus de 24.000 litres de gel antiseptique sont produits au quotidien.

L’innovation a été encouragée comme jamais durant l’année 2020. En ce sens, le programme “Imtiaz” a vu la réussite de 34 projets innovants, alors que le soutien aux moyennes entreprises a totalisé 10 millions de dirhams (MDH) et aux petites entreprises 1,5 MDH. 17 certificats d’innovation internationaux ont été obtenus jusqu’à aujourd’hui.

“Cette résilience industrielle nationale, dans un contexte de récession mondiale, démontre que le Maroc a une capacité certaine d’adaptation à l’évolution des stratégies industrielles et du commerce international”, relève l’Institut Amadeus, dans un rapport intitulé “Les 5 piliers de la relance et de la construction du modèle de développement national post covid-19.

Dans cette perspective, le Maroc est appelé à mettre en place de nouvelles chaînes de valeur et d’approvisionnement intégrées au niveau local, afin de gagner en résilience et en indépendance face aux crises internationales majeures comme celle que nous traversons actuellement, estime Amadeus.

Le Royaume est en train de récolter les fruits d’une stratégie industrielle audacieuse, qui a donné la priorité à l’innovation et encouragé les nouveaux métiers mondiaux dans l’automobile, l’aéronautique, les énergies renouvelables et l’agroalimentaire.

Bouton retour en haut de la page
Fermer