Quinze personnes, en majorité des militaires, ont péri dans une embuscade perpétrée par le groupe Etat islamique (EI) dimanche en Syrie, la deuxième attaque menée par cette organisation terroriste contre des forces du régime en moins d’une semaine, a rapporté lundi une ONG.

L’attaque a eu lieu dimanche soir contre un bus et des voitures à Wadi al-Azib, dans le nord de la province de Hama, sur une route reliant la ville de Raqa (nord) à la capitale Damas, a précisé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Huit militaires syriens, quatre combattants de groupes alliés et trois civils ont été tués dans l’attaque et 15 personnes ont été blessées, selon un nouveau bilan de l’OSDH. Un précédent bilan faisait état de neuf morts dont sept militaires.

Le bus transportait des militaires “et probablement certains de leurs proches” pour les ramener chez eux, a indiqué le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

L’EI n’a pas revendiqué cette attaque mais l’OSDH a affirmé qu’elle avait été menée par cette organisation terroriste.

Il s’agit de la deuxième attaque contre un bus transportant des militaires syriens menée par l’EI en cinq jours. Le 30 décembre, 39 militaires ont été tués dans une embuscade revendiquée par l’EI et tendue à des soldats à bord d’un bus dans la province de Deir Ezzor (est).

Le conflit syrien, déclenché en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, a fait plus de 387.000 morts.

Bouton retour en haut de la page
Fermer